Corde

post-rock / electro folk

Revue de presse

Avant toute chose, Corde, c’est la mélodie qui fait mouche. Celle qui raconte des histoires, celle qui puise son origine dans les forêts et les mers près desquels Maxime vivait autrefois.
La tresse commune sont ses premiers émois, qu’il doit à Grieg, Tchaïkovski, Bizet qu’il ne délaissera jamais, et qui s’accordent aux Dukas, Debussy, Ravel de nîm. C’est le son embrassant du violoncelle qui a émaillé l’enfance de nîm, dès 5 ans, ce corps boisé posé sur lui, résonant et puissant, au conservatoire de Roubaix. Sans savoir encore que le violon de Maxime serait le timbre, l’état d’âme, l’éclat de film qu’il faudra mettre en décor, dont il faudra créer l’espace et l’époque.
Pour faire un conte sans mot dire aujourd’hui, il faut d’autres ondulations, et les deux compères auront vécu de rock un beau moment. C’est le rock français tirant vers la chanson traditionnelle, autant que le rock belge (ah le rock belge, Venus… !!) qui feront leur plat du jour, particulièrement pour Maxime, jusque dans un rock franco-saxon pour nîm avec guMMa (signé chez feu Productions Spéciales), qui le fera tourner partout en France et en Navarre, avec le titre « Génération clone », alors chouchou de France Inter. Puis, vient le temps de l’université, des découvertes d’Owen Pallet, Patrick Wolf, Andrew Bird, Sarah Neufeld. Honnêtement, est-ce si nécessaire de créer sa propre musique quand tout semble avoir été dit ? Et quand on ne peut pas mieux faire que ces instrumentistes géniaux ?
De belles rencontres pour Maxime transforment ce ressenti et donnent lieu à des moments de partage, de communion parfois. Des scènes inoubliables (Château d’Hardelot, Aéronef, Grand Mix, Théâtre de Saint Amand…), avec les formations Polyandres et Rivelaine.
A cette époque, nîm se fraye un passage hors occident avec la chanteuse chinoise Yuling, pour créer l’électronica sinisante des n-Naos, au travers de 4 Eps et d’un album conviant au design sonore guimbardes, Xun, et autres Nanxiao. Le Myspace chinois de l’époque leur offrira des niveaux de notoriété à en faire passer les écoutes de paquebot pour de vulgaires trous d’aération, le mass média prenant un sens qui ne peut que rarement être compris lorsqu’on aime une musique plus évocatrice que provocatrice. Le voyage se terminera tout de même en 2007 avec un blacklisting du duo franco-chinois suite au titre i008 qui n’invite pas au capitalisme de marché, cher à Deng Xiaoping, et un exil prolongé de Yuling à Los Angeles.
Le plaisir d’avoir les pieds enchevêtrés dans les passementeries numériques de synthétiseurs pour nîm et l’abandon du syndrome de l’imposteur grâce à l’urgence de dire pour Maxime a rassemblé leurs odyssées respectives en une musique immersive, prompte à vous faire vivre au plus près des batailles navales, des plongées dans les abysses, des rencontres avec des mammifères impressionnants et vous présenter des bribes de vie de migrants échoués. Concorde, le 1er EP de Corde, est sorti en octobre 2019 (Vailloline / Make me sounds publishing / InOuïe Distribution) et est diffusé sur France Inter, RFI, Classement Ferarock et soutenu par Tsugi, Illico, la Franf… Corde, le premier album, sortira le 8 octobre 2021.